You are currently viewing Pourquoi apprendre une nouvelle langue peut être un atout pour votre carrière ?

Pourquoi apprendre une nouvelle langue peut être un atout pour votre carrière ?

Pourquoi apprendre une nouvelle langue peut être un atout pour votre carrière ?

 

On ne vous le dira jamais assez : une langue étrangère est un outil. Un outil d’ouverture au monde. Que ce soit du point de vue de l’individu ou de l’entreprise, connaître une deuxième langue peut être une nécessité pour survivre, ou pour aller plus loin. Non, vous n’allez pas réussir votre carrière professionnelle parce que vous apprenez une nouvelle langue. Oui avoir cet atout, et bien le jouer, peut vous permettre de gagner la partie. Petit tour d’horizon des raisons pour lesquelles une autre langue peut vous aider à aller plus loin professionnellement. 🌎

 

cours de langue entreprise

 

Parce que vous exercez ou choisissez d’exercer une profession qui possède de facto une dimension linguistique.

Que ce soit pour de la mobilité professionnelle transnationale -comme en Suisse ou en Belgique-, que vous travailliez dans le commerce ou une entreprise compétitive au niveau international, que vous soyez à l’œuvre pour l’intégration sociale des migrants, dans la diplomatie, ou même, si vous êtes cosmonaute et postulez actuellement pour aller sur Mars -le russe est un plus-, vous êtes déjà, ou serez, confrontés à cette question.

Parce que c’est nécessaire pour une carrière à l’international.

C’est une réalité économique, avec la mondialisation et l’hyper-connexion, il est aujourd’hui courant pour une entreprise d’exiger que ses employés pratiquent une ou plusieurs langues étrangères. Vous aurez besoin de l’anglais de manière quotidienne dans des secteurs comme la finance, le droit, le digital, le commerce et bien d’autres. Dans les grands groupes, une expérience à l’international est une plus value indéniable pour évoluer plus rapidement dans les fonctions de management, marketing, ou ingénierie.

Parce que cela montre votre adaptabilité.

Travailler, coopérer, manager dans une langue qui n’est pas la sienne montre une capacité d’adaptation hors-norme très recherchée chez les -futurs- leaders et dirigeants d’une entreprise. Une qualité qui contribue directement et indirectement (polyvalence, fluidité de la communication, gain de temps, réduction de coûts, nouveau marchés) au succès de l’entreprise.

Parce qu’on remarquera votre ouverture.

Vous ferez preuve, entre autres, d’une certaine aisance en présence de situations peu familières, de capacité d’intégration, et d’inclusion des personnes. Autant de « soft skill » précieux que détiennent les profils clés d’une entreprise.

Parce qu’on louera votre aisance à dialoguer.

Avec tout le monde, votre facilité à vous rapprocher des différents groupes culturels de l’entreprise. Vous pouvez d’emblée entretenir de meilleures relations professionnelles avec vos collègues, fournisseurs, clients, et votre hiérarchie, en approchant l’autre dans sa langue maternelle.

Parce qu’on vous sera reconnaissant de ne pas faire de faux pas culturel qui freine l’aboutissement d’un contrat d’affaires.

C’est le B-A BA. Apprendre une langue, c’est apprendre sa culture. Il est pourtant fréquent de commettre des impairs. Le saviez- vous ? Votre client allemand appréciera que vous sachiez exprimer votre compétence sur tous les tons ou critiquera ouvertement votre entreprise, ne le prenez pas personnellement. Votre client américain sera fan de vos familiarités et bavardages avant une séance importante, n’en tirez aucune conclusion précipitée. En Chine, la relation verbale est déterminante, ne cédez pas à la tentation de couper la parole à votre interlocuteur chinois, même si la conversation vous paraît lente.

Parce vous devrez à un moment donné développer une compétence managériale et gérer une personne -ou un groupe de personnes- qui ne parle pas la même langue que vous.

Pour s’en convaincre on revoit certaines scènes cultes de la comédie « Les Ch’tis » de D. Boon. Cela vous évitera de répondre à la nouvelle brillante recrue Pedro un : « C’est pas la peine de vous foutre de ma gueule parce que je comprends pas, vous vous croyez malin avec votre accent ? »

Parce que votre boss appréciera toujours un « small-talk » dans sa langue maternelle avant une séance ou pendant la pause déjeuner.

Si ce n’est pas votre boss, ce sera votre fournisseur, ou votre nouveau collègue. « Si tu parles à quelqu’un dans une langue qu’il comprend, tu t’adresses à sa tête ; si tu lui parles dans sa langue maternelle, tu t’adresses à son coeur», Nelson Mandela.

Parce que vous pourrez faire bénéficier votre entreprise de vos connaissances.

Il est bien plus intéressant pour une entreprise de recruter des employés multilingues plutôt que d’inscrire des frais de traduction à son cahier des charges ou de risquer de malentendus en terme de communication qui se révèleront coûteux. Vous êtes, ou devenez, profitable.

Parce que c’est un must au niveau commercial international.

Vous devrez savoir présenter, négocier, convaincre, vendre, acheter, dans une langue qui n’est pas la vôtre. Cela s’apprend et cela demande quelques efforts. Un niveau de langue, même moyen +, ne suffit pas pour permettre de déployer ses talents professionnels dans une langue autre que sa langue maternelle. On se laisse aider, coacher, entraîner pour y parvenir et récolter les fruits.

Parce que c’est une compétence en plus à faire valoir.

Pour vous différencier, lors d’un entretien de recrutement, pour un nouveau poste, une nouvelle fonction, un nouveau salaire. Vous pourrez prétendre à plus. Plus d’autonomie, plus de responsabilités, plus de projets, plus de revenus.

Parce que vous élargirez votre réseau.

Vos nouveaux amis professionnels s’appellent Jian, Marieke, Carmen, Vladimir. Ils travaillent aux quatre coins de la planète, vous vous connectez régulièrement et vous communiquez en anglais. Vous créez des synergies dans les projets , vous réalisez des « benchmarks » et importez des « success story » d’un pays à l’autre. Et le jour où vous en avez besoin pour votre parcours professionnel, Jian, Marieke, Carmen ou Vladimir connaît étonnamment quelqu’un qui connaît quelqu’un qui a besoin de quelqu’un comme vous.

 

Théa est étudiante en médecine en Grèce, elle apprend l’allemand pour s’installer plus tard en Allemagne. Andrej, réfugié politique, a commencé à apprendre le français devant « caméra café », une émission de télévision quotidienne familiale et a pu exercer son métier de boxeur professionnel en France. Viktor de nationalité allemande, pratiquant l’anglais, a été nommé directeur commercial au Canada pour une multinationale, après un passage en Suisse où il a géré une équipe francophone et des clients suisse alémaniques. Et vous ? quelle est la langue étrangère qui va vous propulser ? 🚀